La mairie
Le secrétariat de Mairie vous accueille
Lundi : 9h-12h/14h-17h30
Mardi : 9h-12h
Mercredi : 9h-12h
Jeudi : 9h-12h
Vendredi : 9h-12h/14h-17h30

Et sur rendez-vous les mardi, mercredi et jeudi après midi et le samedi matin.

Mairie
2, rue de l'Eglise
02290 RESSONS LE LONG

Tél. : 03 23 74 21 12
Mél. : courrier[@]ressonslelong.com


Le secrétariat du service enfance vous accueille
Mercredi : 9h-10h30
Samedi : 9h-10h30
Et sur rendez-vous les lundi, mardi, jeudi et vendredi après midi.

Service enfance
2, rue de l'Eglise
02290 RESSONS LE LONG

Tél. : 09 65 32 54 29
Mél. : enfance[@]ressonslelong.com


Les horaires
Gendarmerie
Lundi : 14h-19h
Samedi : 14h-19h

En cas d’urgence, un militaire de permanence téléphonique répondra à toutes les attentes du public et sera chargé de prendre toutes les dispositions nécessaires pour satisfaire l’accueil au portail de l’unité.


Médecins et Pharmacies de garde
Pour connaître le médecin de garde composez le 15
en cas d'urgence, le soir ou le weekend

Pour connaître la pharmacie de garde la plus proche, composez le 3237
0,34 €/minute)


Cabinet infirmier de Ressons le Long
soins à domicile 24h/24
permanences sur RDV au cabinet
03 23 55 01 58


Médiathèque
Le mercredi 14h à 17h
Le vendredi 16h à 17h
Le samedi 10h à 11h30
Le 1er dimanche du mois de 10h00 à 11h30 avec café, thé…
Les boîtes à livres voyageurs (Grand' rue, Gorgny, Montois, Chêneux, la Vache-Noire, cour de la Mairie et place de la Fontaine) sont accessibles 24h/24h.


La lettre d'information
Contacter la mairie
 
Accueil > Vie sociale > Civisme
Organisation fêtes
  Vous organisez une fête chez vous...pensez à prévenir vos voisins...
Nous mettons à votre disposition un formulaire type.


Formulaire

Recherche jeunes porte-drapeau volontaires
  Le porte-drapeau est une personne qui est chargée bénévolement de porter le drapeau tricolore d'un régiment ou d'une association lors des commémorations patriotiques.
Le porte-drapeau rend ainsi hommage au nom de la Nation par le Drapeau qu'il représente, aux noms des combattants et aux disparus.
Les jeunes volontaires désireux de remplir cette mission peuvent se faire connaître en Mairie.



Rappel des règles incombant aux particuliers concernant les plantations, l'élagage et l'abattage des arbres et haies, en bordure de propriétés de lignes et de routes :
  Les haies et buissons des propriétés privées qui bordent les routes peuvent se révéler dangereuses pour la sécurité en diminuant la visibilité pour les usagers des routes, piétons et automobilistes.

Les mesures à prendre pour prévenir des dommages causés par des arbres, implantés sur des propriétés privées conduisent à rappeler en premier lieu les textes qui régissent les distances des plantations :

Règles applicables entre deux propriétés privées
Pour prévenir les empiétements ou la gêne causés aux propriétés voisines par les branches ou racines des arbres, arbrisseaux ou arbustes, l’article 671 du Code civil impose
une distance de 2 mètres au moins de la limite séparative, pour les plantations destinées à dépasser 2 mètres de hauteur ;
une distance de 0,50 mètre au moins pour les plantations ne devant pas dépasser 2 mètres de hauteur.

Règles applicables aux propriétés riveraines des voies publiques

Il est interdit de laisser pousser des haies et des arbres à moins de deux mètres du domaine public (article R 116-2-5° du Code de la voirie routière).
au dessus d’un chemin rural (article R161-24), les branches et racines des arbres qui avancent sur son emprise doivent être coupées, à la diligence des propriétaires ou exploitants, dans des conditions qui sauvegardent la sûreté et la commodité du passage ainsi que la conservation du chemin. Les haies doivent être conduites à l’aplomb de la limite des chemins ruraux.
la responsabilité du propriétaire riverain peut être engagée si un accident survenait en raison de la violation des dispositions relatives aux plantations en bordure d’une voie publique.

La mairie peut faire procéder aux travaux d’office aux frais du riverain, après mise en demeure par lettre recommandée avec AR et restée sans effet.

Entretenir les plantations :
Tout propriétaire doit couper les branches qui dépassent la limite séparative et avancent sur le terrain voisin. Le voisin n’a pas le droit d’élaguer les branches lui-même. Il a en revanche, la faculté d’exiger que cet élagage soit effectué. Vous pouvez exiger cet élagage, même si cette opération risque de faire mourir l’arbre. Contrairement aux branches, vous avez le droit de couper les racines des arbres voisins qui empiètent sur votre terrain. En cas de dommages subis par votre fonds, votre voisin peut être tenu pour responsable. Si ce sont les branches d’un arbre fruitier qui avancent sur la propriété contiguë, votre voisin n’est pas autorisé à cueillir les fruits, mais s’ils tombent par terre, il peut les ramasser.
Paillage avec ses déchets verts :
Les végétaux issus du jardin peuvent tous servir de paillis et c’est certainement la façon la plus simple de les utiliser.
Plus concrètement il s'agit des : feuilles d’arbres, tontes de gazon sèches, bois de taille…
Cette technique peut être appliquée partout dans votre jardin : au potager, au verger, au pied des haies et des arbres et arbustes, dans les massifs de plantes vivaces et annuelles.
Vous pouvez également pailler vos plantes en pot et vos jardinières !



Civique
  Rappeler les actes inciviques du quotidien est loin d’être gai !
Il est bien plus plaisant de faire part de gestes au contraire à valoriser.
Une intervention de mise en valeur d’un monument a été organisée par le commandant Campra, délégué pour l'Aisne du Souvenir français avec l'Onac et l'armée.
Le monument du 8e régiment de Cuirassiers à pied a bénéficié de travaux d'entretien et de peintures
d'inscriptions par des militaires de Couvron.
L'association nationale du Souvenir français, qui entretient les tombes et monuments aux morts pour la France, avait mis à disposition les fournitures et du matériel.
A noter que ce monument, situé sur le plateau à proximité de l'ancienne chaussée Brunehaut, qui est aussi la tombe de trois soldats tombés le 4 juin 1918, est un beau lieu de visite et de recueillement.



L'emblème national, Le drapeau tricolore
Le texte de l'article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958 précise :
"La langue de la République est le français.
L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L'hymne national est La Marseillaise.
La devise de la République est : "Liberté, Egalité, Fraternité".
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple, et pour le peuple."
Il faut mentionner aussi l'écharpe tricolore (et les macarons tricolores sur les voitures officielles), les bustes de Marianne et les sceaux de la République, ainsi que les décorations.
Chacun connaît les trois couleurs du drapeau français. Elles symbolisent la France et la présence française, que ce soit sur les bâtiments officiels ou dans les compétitions sportives.
L'une des plus belles images de l'intégration et du patriotisme, c'est de voir des athlètes vainqueurs se revêtir du drapeau tricolore ou le brandir pour faire le tour des stades, en France et dans le monde.
________________________________________
D'où viennent ces trois couleurs ?
________________________________________

En juillet 1789, La Fayette, le héros de la guerre d'Indépendance américaine, a été nommé commandant général de la milice, la future "garde nationale".
Pour constituer son drapeau, il a uni le blanc, couleur du Roi et de la Nation, avec le bleu et le rouge, couleurs de Paris.
Les trois couleurs sont devenues symbole de la liberté. Tandis que le drapeau blanc a figuré la contre-révolution. Quant au drapeau rouge, il sera celui de la gauche révolutionnaire, avant d'être monopolisé par les partis et régimes communistes, puis staliniens. Le drapeau noir sera celui de l'anarchie.
Il faut rappeler que la combinaison des trois couleurs a été fréquente en France dès le Moyen Age. Le blanc a été la couleur des Français pendant les Croisades, puis pendant la guerre de Cent Ans. Henri IV et Louis XIII ont porté les couleurs rouge, blanc et bleu, comme après eux les autres Bourbons.
Les trois couleurs ont donc une longue histoire, à l'image de la France. Leur combinaison actuelle, le bleu, le blanc et le rouge en trois bandes verticales a inauguré l'époque moderne et la démocratie.
Lors de la Révolution de 1848, le drapeau tricolore s'est trouvé en concurrence avec le drapeau rouge. Alors que des émeutiers ont voulu imposer le drapeau rouge, le grand poète romantique, Alphonse de Lamartine (né à Mâcon en 1790 et mort à Paris en 1869) devenu ministre des Affaires étrangères du gouvernement provisoire, a improvisé un brillant discours. Il a rappelé que le drapeau rouge n'avait fait que "le tour du Champ-de-Mars, trempé dans le sang du peuple." Et il a emporté la décision en proclamant : "Le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie."
Dans L'Aiglon, Edmond Rostand rendit ainsi hommage au drapeau tricolore :
"Plein de sang dans le bas et de ciel dans le haut,
Puisque le bas trempa dans une horreur féconde,
Et que le haut baigna dans les espoirs du monde."
D'autres pays ont adopté le drapeau tricolore, selon diverses dispositions : des voisins, comme le Luxembourg (trois bandes horizontales, rouge, blanc, bleu), ou encore la Russie, redevenue libre à la fin du XXe siècle (trois bandes horizontales superposées, blanc, bleu, rouge).




Assister au Conseil Municipal
Document téléchargeable

Le livret du citoyen
Document téléchargeable

Diaporama
Les collectivités territoriales
Les institutions

Les symboles de la République
Découvrez les principaux symboles de la République et des ressources documentaires sur la fête nationale française, le "14 juillet".

Cette date historique ne l’est pas seulement pour la France. Elle est mondialement connue et représente le plus souvent un tournant de l’histoire, celui du passage de la monarchie absolue à des régimes républicains.

La Bastille dans sa chute emporte avec elle les monarchies absolues et marque symboliquement le départ d’aspirations nouvelles dont la "déclaration des droits de l’homme" du 26 août 1789 définira les principales valeurs qui restent encore une référence de nos jours et ont largement inspiré la "Déclaration universelle des Droits de l’homme" adoptée en 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies.

La Marseillaise ; Le drapeau français ; Liberté, Egalité, Fraternité ; Le sceau ; Le 14 Juillet ; Marianne ; Le coq


A voir également
télécharger le livret des symboles de la République

Inscription sur la liste électorale
  Du 1er septembre au 31 décembre a lieu la révision annuelle des listes électorales.

Nous invitons tous les nouveaux habitants à venir se faire inscrire sur les listes électorales de Ressons le Long ainsi que les personnes ayant des modifications à apporter sur leur inscription (changement d'adressede, changement de nom…).

Pièces à fournir :
- Carte d'identité
- Justificatif de domicile
- Cerfa ci-après à compléter

A Ressons le Long, vous pouvez également vous inscrire par internet. Consultez la rubrique "Services en Ligne" dans l'onglet "Vie Municipale".


formulaire d'inscription
Avis de révision des listes électorales 2013-2014
Avis de révision des listes électorales complémentaires
Circulaire ministérielle du 25 juillet 2013

Service civique
  Comment ça marche ?
Toute personne de 16 à 25 ans qui souhaite s’engager peut effectuer son Service Civique. Il n’y a pas de condition de diplôme.
Le Service Civique est ouvert aux jeunes de nationalité française ou ressortissant d’un pays de l’Union Européenne. Pour les jeunes originaires d'autres pays, il faut justifier d’un an de résidence régulière en France.

Une mission de Service Civique dure de 6 à 12 mois. Le Service Civique peut être réalisé auprès d’une association, d’une fondation, d’une organisation non gouvernementale à but non lucratif, ou auprès d’un organisme public : collectivités locales (régions, départements, communes), établissements publics ou administrations de l’Etat.

Les conditions d’engagement des jeunes entre 16 et 18 ans sont aménagées. Des missions adaptés leur sont proposées. Leur engagement nécessite une autorisation parentale.

Pour vous engager, vous pouvez consulter les missions proposées par les structures d'accueil sur service-civique.gouv.fr en renseignant vos critères dans le moteur de recherche.
Vous pouvez postuler auprès des organismes en créant votre compte sur le site.

Des milliers de missions sont disponibles, et régulièrement mises à jour dans neuf thématiques différentes.
N'hésitez pas à revenir régulièrement consulter les annonces.

Si vous avez besoin d'une orientation personnalisée, vous pouvez également vous renseigner auprès des Missions Locales et des Points d’Accueil et d’Information pour la Jeunesse.


A voir également

Le maire expliqué aux enfants
le maire expliqué aux enfants

Le civisme est l’exercice du respect à l’égard de la République et de ses lois.
Afin de déterminer le civisme, il est d’abord nécessaire de le différencier de la civilité. Celle-ci se définit par le respect des règles du "bien-vivre" ; elle relève des rapports entre sujets dans la sphère privée. Au contraire, le civisme est le respect et le dévouement à l’égard de la "chose publique". Il relève de la sphère publique. Il est ainsi essentiel de distinguer le civisme de la civilité, sous peine de confondre vertu privée et vertu publique, respect des codes du "savoir-vivre" et conscience politique.

Il est également nécessaire de différencier le civisme du légalisme, et l’incivisme de l’illégalisme. Par exemple, ne pas voter est un acte d’incivisme ("Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique"). Cependant, cette faute n’a pas de valeur juridique. Elle n’a pas d’existence dans le code pénal, elle ne constitue pas un délit. Toutefois, il est plus aisé de dénoncer l’incivisme que de définir le civisme. En effet, celui-ci constitue une pratique "charnière" : il ne se réduit pas à la dimension privée et cependant ne se définit pas par le simple respect de la loi.
Il engage une éthique et cependant se distingue des "bonnes mœurs". Comment déterminer la positivité de cette conscience politique et de ce dévouement à la "chose publique" ?

En premier lieu, parler ainsi de vertu et de respect politiques pourrait déterminer à interpréter le civisme comme un acte de piété, voire de conservatisme à l’égard des puissances publiques. Or il n’en est pas ainsi. Le dévouement à la chose publique, strictement entendu, ne peut qu’être que le dévouement à la République. Autrement dit, le civisme se définit par le respect des droits et des obligations de la citoyenneté. Il suppose donc l’existence de celle-ci. Or la citoyenneté n’est pas seulement un statut ; elle s’institue et se pratique. Le civisme est la qualité propre à cette institution et cette pratique. La formule "Voter est un devoir civique" signifie que le civisme est d’abord l’implication, la prise de pouvoir effective du citoyen dans les affaires publiques. Voter, en République, c’est prendre une décision politique, contribuer à instaurer, à définir et à redéterminer la chose publique. Le civisme n’est donc pas conservateur, mais "instaurateur" ; il est instituant et critique.
Précisément, le premier exercice civique est l’intérêt rationnel pour la chose publique ; le civisme est l’action rationnelle en faveur de l’intérêt public. Sa première leçon est : respecter les puissances publiques c’est d’abord les instituer, les contrôler, et les soumettre à la critique raisonnée. Le civisme est la production d’un rapport actif et rationnel - et donc critique - du citoyen à l’égard des puissances publiques.

De plus, le civisme n’engage pas seulement une relation "verticale" du citoyen à l’égard de ces puissances, mais aussi une relation "horizontale" entre les citoyens. Les deux rapports s’impliquent réciproquement. Contribuer à faire respecter les droits de certains et, par conséquent, contribuer à obliger certains autres à respecter leurs obligations, c’est travailler indissolublement pour les citoyens et pour l’Etat garant des droits et des obligations. Le civisme est dynamique : il oeuvre à la pratique effective des droits et des obligations des citoyens et travaille ainsi à instaurer la justice politique.
Cette pratique de la citoyenneté nous oblige donc à distinguer le civisme du "nationalisme". Par exemple, respecter les lois antisémites édictées par l’Allemagne nazie, ou les lois de l’Apartheid qui furent produites par l’Afrique du Sud était peut-être faire preuve de nationalisme, mais certes pas de civisme, puisque cette obéissance déterminait à bafouer l’égalité des sujets, qui est au fondement de la politique républicaine. Autre exemple : les fonctionnaires du régime de Vichy qui respectaient l’Etat français appliquaient la politique antisémite de ses dirigeants ; s’il est douteux qu’ils aient fait preuve de nationalisme, il est certain qu’ils ne manifestaient aucun civisme en bafouant les principes de la citoyenneté. La désobéissance politique n’est pas donc nécessairement un incivisme. Il existe parfois des devoirs civiques de désobéissance.

On voit de la sorte que le civisme non seulement n’est pas conservateur, mais n’est pas nécessairement pacifiant. Son exercice peut être profondément polémique car il se nourrit de la distinction entre légalité et légitimité. La légalité est le fait que des lois soient promulguées par un Etat, la légitimité est la justice politique. Le civisme peut fonder une lutte contre des lois illégitimes. Certes, les exemples que nous avons considérés ne laissent aucun doute sur la légitimité du combat, mais est-il toujours aussi simple de déterminer ce qui est juste ? L’ "objection de conscience", par exemple, manifeste que cette détermination est parfois malaisée et sujette à débat.

Refuser de porter les armes et de s’y exercer, est-ce faire preuve de civisme ou d’incivisme ? Le civisme n’est donc pas seulement instituant, dynamique et polémique. Il dégage un espace problématique dans lequel la légitimité devient objet d’examen, voire de redéfinition.

Le civisme - pratique instituante, dynamique, polémique et problématique de la citoyenneté - émancipe le sujet politique car il le délivre de son statut de simple usager ou de consommateur de droits. Il le responsabilise en l’élevant à la conscience de son rôle dans la cité. En effet, il définit une éthique de la responsabilité politique : l’exigence que le citoyen doit toujours répondre de sa qualité de citoyen. Le civisme est ainsi la reconnaissance pratique du fait que la citoyenneté est une tâche qu’il faut toujours accomplir. Il est l’exercice raisonné de cette tâche.
(source : http://www.aix-mrs.iufm.fr)



Parole donnée, parole tenue !
  Voici l'article paru dans le dernier "écho du plateau" de l'association soissonnais 14/18.
Merci à chacun de maintenir en bon état ce lieu dédié au devoir de mémoire.


A voir également
Document téléchargeable

Les règles élémentaires de bon voisinage...
  Vivre ensemble, en bon voisinage, en bonne intelligence, cela semble simple, évident même,...et pourtant...un rappel régulier au civisme semble s'imposer au regard des récriminations légitimes reçues en Mairie durant la période estivale propice aux divers travaux de bricolage et à l'entretien des espaces verts chez les particuliers.

L'équipe municipale tient ainsi à repréciser à l'ensemble des habitants qu'un arrêté préfectoral du 19 avril 2016 est venu réviser l'arrêté préfectoral du 10 avril 2000 et détermine le règlement d'utilisation d'outils de bricolage et de jardinage susceptibles de causer une gêne pour le voisinage en raison de leur intensité sonore.

Les heures d'utilisation tondeuse à gazon, tronçonneuses, perceuses, raboteuses ou encore scies mécaniques ne peuvent être effectué que :

du lundi au samedi de 9h00 à 12h et de 14h00 à 19h00,
les dimanches et jours fériés de 10h à 12h.


Arrêté préfectoral du 19 avril 2016 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage

Les dangers d’Internet : 3 vidéos de prévention pour les jeunes par la Préfecture de Police de Paris
  La Préfecture de Police de Paris vient de mettre en ligne sur son portail 3 vidéos à vocation pédagogique destinées aux adolescents et jeunes sur la thématique « Les Dangers de l’Internet ». Chacune de ses vidéos présentent une situation possiblement vécue par les adolescents avec un parler vrai montrant ses conséquences et un message final.

Ces mini-films ont été réalisés par Evelyne Ragot avec les élèves du Club de théâtre du 9e (Paris). Le projet est porté par la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (Service de la Prévention, de Police administrative et de Documentation) avec le soutien de l’Académie de Paris (Education Nationale).

Les 3 vidéos « Les Dangers d’Internet » sont également consultables sur une chaîne DailyMotion dédiée :
• Maître John (3 mn 50 s) : Le cyberharcèlement : « Sur Internet tous vos « amis » ne vous veulent pas du bien. »
• Le blog de Mehdi (3 mn 29 s) : Publiez sur un blog et des vidéos avec responsabilité : « Sur Internet, tout ce que vous diffusez engage votre responsabilité. »
• La photo d’Amélie (2 mn 26 s) : Attention aux photos diffusées sur Internet : « Sur Internet, ce que vous publiez innocemment peut vous échapper totalement… et pour longtemps. »


A voir également

Fin du chantier Concordia
  Discours fin de chantier Concordia

Au terme de ces 15 jours de ce chantier Concordia, de ce premier chantier Concordia, je ne voudrais pas ajouter un discours trop long.
After these 15 days of this 1st concordia workcamp, I don’t want to make a too long speech

Je souhaite néanmoins remercier, au nom des Ressonnaises et des Ressonnais, tous les participants ici réunis pour avoir investi dans cette expérience beaucoup de leur temps, chacun à son niveau.
I wish however to thank all participants present here for their investment in this human experience

Le long du mur on fait la paix, tel était le nom de ce chantier et je ne vous cache pas ma surprise devant l’image de cette brochette de casques bleus devant le mur de soutènement qui protège notre église.
Along the wall we make peace, was the name of this concordia workcamp and I won’t hide my surprise at the image of this bunch of blue helmets front of the retaining wall that protects our church.

Comme vous le savez, les casques bleus représentent une force internationale d’interposition et de maintien de la paix.
As you know, the blue helmets or blue berets are an international force of interposition and peacekeeping.

Vous avez ainsi été, durant ces 2 semaines, nos casques bleus avec tout ce que cela véhicule.
You have been, during those 2 weeks our peacekeepers with all that it represents.

Vos journées ont été réglées au rythme suivant :
Le matin sur le chantier et l’après midi à la découverte du territoire et de son patrimoine.
Your days have been set at the following rate :
in the morning at the site and in the afternoon to discover the territory and its heritage.

Vous avez ainsi pu découvrir pèle mêle :
Les Carrières de Confrécourt et sa mémoire de la Grande Guerre,
Pierrefonds, héritage de Violet le Duc,
La cité impériale et son musée
Et enfin Granuval, un site naturel non loin d’ici

You able to discover pells mexies :
The Confrécourt Careers and its memory of the World War 1,
Pierrefonds, heritage of Violet le Duc,
The imperial city and its museum
Finally Granuval, a natural site near here

Nous espérons que vous avez pris plaisir à participer à cette expérience et à découvrir notre région autant que nous avons eu le plaisir de vous accueillir.
We hope you enjoyed participating in this human experience and discover our region as much as we had the pleasure to welcome you.

Good bye and see you soon
Hasta luego
Iki pasimatymo
Da svidaniya
Na shledanou
Güle güle
Sbohen
Arrivederci ea presto
Auf Wiedersehen und bis bald
Au revoir et à bientôt



portail officiel des contenus illicites de l'internet
  Pour que la « toile » reste un espace d'échanges et de respect !

Un portail est à votre disposition en ligne. Il vous permet de « SIGNALER » en un clic les contenus ou comportements illicites auxquels vous vous seriez retrouvés confrontés au cours de votre utilisation d'Internet.

Ce site met également à votre disposition des pages d'information et des conseils de spécialistes pour mieux vous protéger et protéger vos proches dans leur utilisation de l'Internet.


www.internet-signalement.gouv.fr

 
Collecte de jouets
Du 1er au 15 décembre 2017 : collecte de jouets avec Century 21.
L'urne se situe dans le hall de la mairie.
Venez déposer vos jouets!

Téléthon 2017
Le vendredi 8 décembre de 16h30 à 19h...
Ateliers AMSAM
L'AMSAM organise des ateliers gratuits à destination des personnes de 60 ans et plus à la salle multifonctions (4 Espace Saint Georges)...
Assistance, dépannage et formation informatique
Dispell, rue du Cleux Tél. : 06 69 57 38 03 Mél. : etienne.informatique@gmail.com
Mentions légales